A l’âge de 7 ans, la famille de Rose se vit contrainte de vendre le domaine familial suite à la perte de toutes les richesses de sa famille. En effet, son frère ainé, qui était un gros joueur, les avait perdu dans les jeux et l’alcool. En quelques semaines sa famille perdit tout, terres, richesses, propriétés et même leur place à la cour. Ne restait qu'un malheureux titre qui ne remplissait pas la marmite.

Jouant sur ses quelques talents et quelques restes familiaux, son père était devenu usurier, mais rêvait d'une toute autre vie que celle du labeur constant. Ainsi, tous les jours après son travail, il imposait à sa fille un apprentissage très strict de l’étiquette et de la haute société. Mais Rose ne se souciait guère des convenances, au grand dam de ses parents qui comptaient sur elle pour redorer leur blason. A l’age de 14 ans, n'en pouvant plus de ce cadre étouffant, Rose en eu assez et partit de chez elle avec tout l’or et les bijoux qu’elle trouvât dans la maison, même ceux des clients de son père. Quelle famille.

Dorénavant, Rose fait partie d’une bande de camarade de lame qu’elle taquine beaucoup (principalement les hommes) en jouant sur le fait qu’elle est une femme et qu’ils sont des hommes d'honneur. Elle les dépanne de temps en temps sur le plan financier, mais toujours en échange d'une contribution ultérieure. Ayant hérité du don de son père pour les affaires rentable, incollable question finances, elle était intraitable pour tout ce qui était des dettes et des intérêts de remboursement. Mais pour ce qui était des Bretteurs, le prix était celui d'un ami car en échange d’argent, ils lui donnaient des cours d’arme, de la joie de vivre et des opportunités multiples. Si les débuts furent ardus (question de confiance), avec le temps, elle avait apprit à les apprécier, et maintenant elle suit pour le plaisir de leurs compagnie cette troupe hétéroclite.